VNF modernise son réseau et se prépare au transport fluvial à grand gabarit sur l’ensemble de l’axe Seine-Escaut

Voies navigables de France a inauguré ce mercredi 16 octobre ses nouveaux bâtiments à Waziers (59) et se prépare ainsi à accueillir à l’horizon 2023 le centre de téléconduite destiné à piloter l’ensemble des écluses de la liaison Dunkerque-Escaut, Deûle-Lys à grand gabarit et l’ensemble des ouvrages du futur canal Seine-Nord Europe, au cœur du projet Seine-Escaut, maillon essentiel du développement du transport fluvial à l’échelle européenne. Au-delà de regrouper et rationaliser la gestion de ses infrastructures, VNF conduit d’autres projets sur ce futur axe fluvial européen majeur : la réhabilitation du canal de Condé-Pommeroeul, le recalibrage de la Lys mitoyenne, MAGEO et Bray-Nogent.

Le réseau fluvial des Hauts-de-France au rendez-vous de Seine-Escaut

VNF poursuit sa modernisation pour continuer à offrir le service public de qualité auquel l’Établissement est très attaché. En Nord-Pas-de-Calais, après l’inauguration en 2017 à Valenciennes de ses nouvelles installations, c’est à Waziers que VNF a inauguré de nouveaux bâtiments regroupant : un Centre de Maintenance et d’Intervention, des locaux administratifs pour le périmètre Deûle-Scarpe et surtout son futur centre de téléconduite. Ce centre pilotera, à terme, les 29 ouvrages qui seront commandés à distance par les opérateurs VNF, 360 jours par an, 24h/24 en cohérence avec la liaison Seine-Escaut.

Seine Escaut : le maillon essentiel du développement du fluvial à l’échelle européenne

Le projet Seine Escaut, dont les financements européens, français et belges ont été confirmés depuis la signature le 27 juin 2019 par la Commission européenne de la décision d’exécution, « Implementing Act », inclut le canal Seine-Nord Europe mais aussi les liaisons alentours qui relient le Benelux à Paris et la Seine, soit l’Oise, l’Escaut et la Lys. L’objectif est bien à terme de relier les ports maritimes du Havre et de Dunkerque à leur hinterland fluvial et plus globalement aux voies navigables nord européennes.

 

Les travaux en cours sur le bassin Nord-Pas-de-Calais

  • Sur le canal de Condé-Pommeroeul, VNF conduit d’importants travaux visant à une remise en navigation à partir de 2022. L’objectif : permettre aux bateaux pouvant transporter jusqu’à 3 000 tonnes de marchandises de disposer d’une liaison directe entre les réseaux français et belge à grand gabarit, réduisant ainsi leur temps de parcours.
  • Sur la Lys mitoyenne, VNF est maître d’ouvrage d’un programme de travaux, débuté en France mi-2019, visant à recalibrer la rivière transfrontalière et la mettre à grand gabarit. L’achèvement de l’ensemble du recalibrage de la Lys mitoyenne est à ce jour envisagé en 2023.

<p>En savoir plus sur <strong>la remise en navigation du canal de Condé-Pommeroeul</strong> et <strong>l’aménagement de la Lys mitoyenne </strong></p>

Deux autres projets sur le bassin de la Seine intégrés dans le projet Seine-Escaut

La Loi d’Orientation des Mobilités (LOM) prévoit aujourd’hui deux autres projets intégrés dans le projet Seine-Escaut :

  • MAGEO qui permettra la mise au gabarit européen de l’Oise entre Creil et Compiègne ;
  • Bray-Nogent qui augmentera le gabarit de la Seine amont sur 27 km pour étendre l’hinterland des ports du Havre et de Rouen.

L’ensemble de ces travaux permettent de dynamiser le transport fluvial de marchandises et de renforcer l’attractivité économique des grands ports maritimes et des ports fluviaux français.

<p>En savoir plus sur <strong>les projets MAGEO et Bray-Nogent</strong></p>

264 M€ investis par VNF sur son réseau au sein de la liaison Seine-Escaut

« L’engagement pris par l’Union européenne à travers l’acte d’exécution signé le 27 juin est un signal très positif pour le transport fluvial en Europe, souligne Thierry Guimbaud, directeur général de VNF. Il pose le cadre d’un financement pérenne de l’Union européenne au projet Seine-Escaut et démontre la solidité de ce projet partenarial pour lequel la France investit massivement. Pour sa part, Voies navigables de France, avec l’appui de l’Etat, aura en effet investi 264 millions d’euros sur la période 2014-2022 pour le développement et la modernisation des 735 km de son réseau au sein de la liaison Seine-Escaut. Autre engagement, l’établissement public assurera l’exploitation du canal Seine-Nord Europe après sa mise en service ».

Enfin, dernier signal positif pour le transport fluvial : la clé de répartition financière des 2,2 milliards d’euros a été établie le 4 octobre entre l’Etat et les collectivités locales pour la réalisation du canal Seine-Nord Europe, maillon central du projet Seine-Escaut. Soit 1,1 milliard d’euros qui sera financé par l’Etat ; la Région Hauts-de-France, avec les Départements de l’Oise, du Pas-de-Calais, du Nord et de la Somme, apportant l’autre moitié.

 

Aller en haut de la page